L'histoire des Watts Towers de Los Angeles

Watts Towers | Photo courtesy of photogreedy.com, Discover Los Angeles Flickr Pool 

Sur un lopin de terre modeste, tout près du chemin de fer qui traverse le centre de Watts, vous découvrirez l’une des œuvres d’art public les plus improbables et magnifiques des États-Unis. Dix-sept sculptures s’élèvent comme des géants, des cônes de glace inversés montent vers le ciel. Les flèches forgées sont composées de coquillages, de tuiles, de bouteilles de soda, de miroirs, d’éclats de poterie et deux disques de meulage. Il reste une île de fantaisie au milieu du paysage urbain.

Les Watts Towers sont plus remarquables lorsque vous savez qu’elles étaient la vision d’un seul homme, un immigrant italien semi-analphabète qui a travaillé, sans aide extérieure et avec uniquement les outils de base, presque tous les jours pendant 34 ans pour construire un monument, à la fois impénétrablement personnel et joyeusement collectif.

Sabato Rodia

Simon Rodia at Watts Towers | Photo courtesy of Alchetron

Il était né sous le nom de Sabato Rodia le 12 février 1879 dans le tout petit village de Ribottoli, dans le Sud-Ouest de l’Italie. À l’âge de 15 ans, il a navigué vers l’Amérique. Il s’est installé à Philadelphie, puis à Seattle, puis dans le Nord de la Californie avant de déménager en Californie du Sud. Il a adopté le nom de Sam et a travaillé en tant qu’ouvrier, posant du ciment et des briques, entre autres. Rodia était reconnu comme étant un homme au tempérament colérique, parfois vu comme excentrique, se plaignant souvent du gouvernement, de l’église catholique, du comportement des enfants, des femmes qui portaient trop de maquillage, il était peut-être probablement alcoolique également.

Les travaux commencent

En 1921, avec l’aide de son frère, Rodia acheta une parcelle triangulaire à la forme étrange au 1765 E de la 107th Street. À cette époque, Watts était une ville en elle-même, c’est en 1926 qu’elle fut votée comme faisant partie de L.A. Avec sa troisième femme, Carmen, Rodia déménagea dans la petite maison de la propriété, la dernière parcelle d’une extrémité oubliée de la rue. Située à côté du chemin de fer, son environnement était bruyant et poussiéreux avec les tramways et les trains commerciaux qui passaient plusieurs fois par jour. À l’âge de 42 ans, Rodia commença à travailler sur son œuvre. Chaque jour, après le travail, et pendant les weekends, il recherchait des matériaux utilisables et travaillait, travaillait, travaillait. Carmen se sépara de lui rapidement ; selon Rodia à cause de son obsession pour le projet.

L'homme sans plan

Dire que les Watts Towers ont été construites sans une vision serait complètement faux. Mais elles ont été construites sans plans, schémas ou permis. Elles émanaient de l’esprit de Rodia et de son besoin, jamais véritablement expliqué par qui que ce soit, sauf lui. Au fil des ans, Rodia (dont le nom a été mal écrit des millions de fois de manière différente, le plus souvent "Simon Rodilla") a donné plusieurs réponses lorsqu’il lui a été demandé pourquoi il avait dépensé tant d’efforts pour construire les tours. Parce que ça l’empêcher de boire. Parce qu’il avait perdu son travail. Parce que le peuple des États-Unis était sympa. Parce que sa femme était enterrée en-dessous de la plus petite tour. Parce qu’il voulait créer quelque chose de grand.

C'est en construisant...

Inside the gazebo at Watts Towers | Photo courtesy of exquisitur, Flickr

Même s’il n’avait pas eu une scolarisation formelle, les années passées en tant qu’ouvrier et son ingéniosité naturelle lui ont permis de développer une méthode de construction unique pour construire la structure de ses rêves avec un budget limité et quelques outils. Il pliait de l’acier récupéré dans les formes qu’il voulait, enveloppait des mailles câblées autour et les recouvraient avec de fines couches de mortier. Étant donné que Rodia n’avait pas d’échafaudage, il disposait de la plupart des éléments dont il avait besoin sur le sol, les emportait dans un seau avec ses outils et les assemblait sur place. Lorsqu’il travaillait, il était uniquement attaché à une ceinture et une boucle de laveur de vitre. Un pionnier de l’utilisation du béton avec de fine coquilles, Rodia n’a jamais cessé de renforcer les structures, surtout après le tremblement de terre de Long Beach de 1933. Il a continuellement ajouté des colonnes et a connecté des cercles concentriques à chaque tour. Rodia a également souvent changé d’avis pendant qu’il travaillait, démolissant et reconstruisant les sommets lorsqu’ils ne correspondaient pas à sa vision. Le résultat était trois grandes flèches et plus d’une douzaines d’autres sculptures, dont un gazebo et le "navire de Marco Polo."

... que tout viendra

Les Watts Towers faisaient déjà partie des monuments préférés des locaux, le musicien de jazz Charles Mingus, né en 1922 et élevé dans l’ombre des tours, faisait partie de ceux qui s’en inspirait — lorsqu’elles commencèrent à attirer l’attention d’un monde plus vaste. Watts est devenu un quartier principalement composé d’une communauté noire dans les années 1940, en grande partie parce que les afro-américains avaient l’interdiction de vivre dans d’autres régions selon des clauses racistes sur l’hébergement. Les Watts Towers sont devenues un symbole de fierté pour ce quartier souvent négligé et en manque de ressources. Lorsqu’une bonne partie de la région a été détruite pendant les émeutes de Watts en 1965, les tours sont miraculeusement restées indemnes. Les tours apparaissent sur les couvertures des albums de Harold Land, Don Cherry et Tyrese. (Rodia lui-même est l’un des nombreux visages sur Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band des Beatles, à côté de Bob Dylan.)

Intégrées à l'Histoire

Tiles at Watts Towers | Photo courtesy of TravelingMan, Flickr

Regardez les Watts Towers et vous trouverez des morceaux de poterie et de céramique classique de Californie parsemés sur toutes les structures. En plus de renforcer les colonnes, elles offrent une touche tape-à-l’œil et une histoire visuelle du design californien début du 20ème siècle. Les Watts Towers sont connues pour être composées de tuiles de Malibu Potteries et de Batchelder ainsi que de la vaisselle de Fiesta, Harlequin et probablement Bauer et Metlox. Toutes des entreprises qui ont aidé à donner forme et couleur à l’esthétique du travail artisanal.

Mise en place des outils

Personne ne sait pourquoi Rodia a commencé cette œuvre, personne ne sait pourquoi il s’est arrêté. Un jour en 1955, il céda la propriété à son voisin et attendit pour prendre le bus en direction de la Californie du Nord, pour se rapprocher de la famille de sa sœur. Rodia avait 76 ans et a passé 34 ans, près de la moitié de sa vie, à construire les Watts Towers. Il serait mort 10 ans plus tard, un mois avant les émeutes de Watts.

Structurellement fort

Watts Towers | Photo courtesy of :munna, Discover Los Angeles Flickr Pool

La plus haute des tours, connue sous le nom de la West Tower, mesure 99,5 pieds soit près de 10 étage de haut. Dans les années 50, des officiers de la ville ont déterminé que les structures n’étaient pas sûres et ont ordonné de les démolir. La communauté artistique de L.A. s’est mobilisée pour les sauver et a convaincu les officiers d’effectuer un test de résistance en 1959. Un câble d’acier était attaché à chaque tour et connecté à une grue exerçant 10000 livres de force latérale. Comme les tours n’avaient pas bougées, la ville a été forcée de déclarer que les Watts Towers semblaient structurellement solides et a annulé la demande de démolition. Les visites ouvertes au public de la propriété ont commencé en 1960.

Héritage culturel

Les Watts Towers sont des exemplaires de l’art populaire et de l’art brut, des termes pour des œuvres non classifiables, très originales ou belles, créées par des laissés pour compte. Mais comme Salvation Mountain près de la Salton Sea ou la sculpture immersive Opus 40 d’Harvey Fite, les Watts Towers ne sont pas faciles à maintenir. En fait, elles font partie des œuvres les plus menacées de l’art paysager du pays, selon la Cultural Landscape Foundation. En 2010, le Los Angeles County Museum of Art (LACMA) a formé un partenariat avec la ville de Los Angeles, qui gère le site, afin de préserver les Watts Towers.

Les Watts Towers ont été ajoutées au registre national des lieux historiques en avril 1977. Les tours ont été nommées monument historique et culturel de Los Angeles en mars 1963, un monument historique de Californie en août 1990 et un monument historique national des États-Unis en décembre 1990.

Comment s'y rendre

Les tours se trouvent à 10 minutes à pieds de la 103rd Street / Watts Towers Station avec la ligne de métro bleue. Étant donné que tout est en plein air, vous pouvez vous y rendre à tout moment pour observer le site. Mais il est entouré d’une clôture et d’un portail verrouillé, donc si vous souhaitez entrer pour avoir un meilleur aperçu du jardin des cactus, de la sculpture en forme de navire et d’autres éléments, vous devrez vous y rendre du jeudi au dimanche et payer 7$ pour une visite guidée.